Véronique Lehoreau
3, Quai Lissagaray
32000 AUCH
Psychothérapeute à Auch
Véronique Lehoreau
3, Quai Lissagaray
32000 AUCH
Psychothérapeute à Auch
veronique lehoreau

Message d'un virus mutant

 

                                   

 Message d’un virus mutant


                                        Fallait pas venir me chercher                                                                                  J’étais tranquille, j’étais pénard                                                                               Les hôtes qui m’ont hébergé                                                                               Jusqu’ici n’ont pas fait d’histoire.                                                                               Vous qui n’aimiez pas les petits                                                                           Fallait-pas me sous-estimer                                                                                        Car vous allez être détruits                                                                                   Si par malheur vous continuez  


Les animaux et la nature
Ne vous avaient rien demandé
A cause de vous, je vous l’assure
Vous allez finir par crever
Même mon cousin H1N1,
Etait venu vous alerter
Si vraiment vous ne faisiez rien
Ça allait sûrement mal tourner.
 
Vous avez mis des dictatures
Dans les pays à exploiter
Et pour saccager la nature
Vous étiez loin d’être les derniers
Ces peuples, avant votre venue
N’ont jamais eu besoin de vous
Mais vous les avez mis à nu
Jusqu’à ce qu’ils tombent à genoux

 

Et moi le prince à la couronne 
Je suis moins fort que vos canons
Car c’est par eux que le glas sonne
Par vos armes et vos munitions
 

Maintenant qu’ils reviennent vers vous
Vous leur fermez toutes vos frontières
Il n’y a pas de place chez vous
Pour accueillir toute leur misère
Le pillage des cinq continents
Ne vous a pourtant pas calmé
Vous avez voulu plus d’argent
Au détriment de votre santé.
 
 
Vous n’avez pas plus respecté
Les citoyens de votre pays
Il ne faut pas vous étonner
Que quelques-uns soient abrutis
Ceux qui pensent qu’il n’y a pas de mal
Pour manger ou pour s’amuser
A maltraiter un animal
Faut croire que ça les fait bander.
 
Ça sert à rien d’vous enfermer
Pour vous rendre plus intelligents
Il suffira de vous lâcher
Pour que vous soyez comme avant
N’oubliez pas qu’les infirmières
Que vous glorifiez aujourd’hui
C’est celles que vous avez fait taire,
Elles qui travaillaient jour et nuit

 

                                       Mais moi le prince à la couronne                                       Je vais essayer de changer
La vie des miens et celle des hommes
            Même s’ils restent encore confinés 

 

   Avec vos coupes budgétaires
   Vous avez enlevé les moyens
De tous ceux qui voulaient bien faire
Pour soigner vos concitoyens
Il a fallu que je vous frappe
Pour que vous entendiez raison
Que vos milliards passent à la trappe
De vos portefeuilles sans nations
 
Vous ne respectez pas vos vieux
Pas plus que vos enfants d’ailleurs
Car ils ne valent rien, au mieux,
Leurs lits ont encore d’la valeur
Les bénéfices que vous tirez
De leur si triste fin de vie
Penserez-vous en profiter
Quand je sonnerai l’hallali.
 
Vos députés sont fatigués
D’entendre vos revendications
Ils s’endorment dans l’assemblée
Et ils touchent leurs allocations
D’autres, vous disent qu’il suffirait
D’aller de l’autre côté d’la rue
Et que si vous n’êtes pas trop niais
Vous aurez du travail en vu

 

Et moi le prince à la couronne
Si je ne gagne pas cette fois-là
Il suffira que je l’ordonne
Mon descendant s’en chargera.


A moins que nous n'soyez frappés
D’un éclair qu’on appelle bon sens
Qui vous fera réaliser
Que tout ceci n’a pas de sens
Que le partage ou le carnage
Sont les seuls choix que vous aurez
Si vous voulez prendre de l’âge
Et être là pour témoigner
 
C’est pourtant pas si compliqué
D’autres, avant vous, l’on déjà fait
De vivre heureux, sans la tv
Et de manger des produits frais
De laisser les veaux à leur mère
Et les cochons en liberté
Les volailles s’ébattre par terre
Et tous les taureaux dans leurs prés.
 
Si vous laissez la terre tranquille
Sans tarder, elle vous le rendra
Multiplié par cent, par mille
Car c’est elle qui vous nourrira
Elle épargnera vos poumons,
Vous permettra de respirer
Et ne f'ra plus fondre les glaçons
Que dans les verres de l’amitié
 
Et moi le prince à la couronne
Je pourrais enfin vous quitter
Et je laisserais ma besogne
A d’autres mieux intentionnés.
                                                                 

 

                                                                                    Véronique Lehoreau
 

 


Derniers articles

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.